Etude de l’écomorphologie de la colonne vertébrale des cétacés

Amandine Gillet effectue actuellement une thèse dans le Laboratoire de Morphologie Fonctionnelle et Evolutive de l’Université de Liège (Belgique). Le but de sa recherche est de comprendre comment les variations de formes observées sur les vertèbres de différentes espèces de cétacés peuvent être liées au mode de vie de ces espèces. Par exemple, comment peut-on expliquer que certaines espèces de dauphins n’ont aucune difficulté à se déplacer dans des eaux très peu profondes alors que d’autres ne vivent que dans les eaux profondes, en haute mer? Etant donné que les dauphins et baleines se déplacent dans l’eau grâce aux ondulations de leur corps (et donc de leur colonne vertébrale), Amandine et son encadrement sont persuadés que des modifications de la forme des vertèbres devraient être lié à des différences dans les mouvements et les capacités de nage.

Durant la première partie de sa thèse, Amandine a mesuré les vertèbres de plusieurs espèces de cétacés dans différents Musées d’Histoire Naturelle afin de pouvoir comparer leur forme. C’est dans le cadre de la deuxième partie de sa recherche qu’Amandine est actuellement au Moorea Dolphin Center afin d’enregistrer des vidéos sous-marines de dauphins à l’aide de caméras à haute vitesse. Chaque vidéo sera ensuite analysée image par image afin de comprendre quelle est la relation entre la forme des vertèbres et les mouvements de nage. Ces données devraient alors lui permettre de comprendre pourquoi certaines espèces sont adaptées à un environnement côtiers alors que d’autres sont adaptée à un mode de vie en haute mer.

 

Partenaires

  • logo-ammpa
  • logo-imata
  • logo-temana