Est-il possible de prédire qu’une population animale est sur le point de s’effondrer ?

Dans un article paru dans la revue Nature Ecology & Evolution, des chercheurs ont montré que la diminution de la taille des spécimens d’une espèce de cétacé peut être le signe avant-coureur d’un effondrement de la population.

Est-il possible de prédire qu’une population animale est sur le point de s’effondrer ? Pour cinq chercheurs de l’université de Zurich (Suisse) et de l’université de Tasmanie (Australie), la réponse est oui. Mais si comptabiliser les spécimens peut effectivement donner une tendance, les scientifiques pensent que l’estimation peut être affinée également en tenant compte de la taille des animaux de la population ciblée.

Pour tester leur hypothèse, les chercheurs ont choisi les cétacés. « Bien que les exemples de surexploitation (animales, NDLR) soient nombreux, peu sont aussi extrêmes que l’effondrement de la population de baleines durant le 20e siècle », explique l’étude. En effet, si la chasse à la baleine était déjà bien développée dans les années 1700 et 1800, le 20e siècle a connu l’essor de nouvelles technologies permettant de tuer toujours plus de cétacés et de les traquer toujours plus loin.

Ainsi, les scientifiques ont épluché les registres tenus par les pêcheurs au siècle dernier et qui sont aujourd’hui la propriété de la Commission Baleinière Internationale. Ils ont notamment relevé le nombre de spécimens pêchés et leur taille pour quatre espèces : la baleine bleue (Balaenoptera musculus), le rorqual commun (Balaenoptera physalus), le rorqual boréal (Balaenoptera borealis) et le grand cachalot (Physeter macrocephalus).

Un effondrement qui aurait pu être prédit plusieurs décennies auparavant

Selon les résultats de l’étude parue le 22 juin 2017 dans la prestigieuse revue Nature Ecology & Evolution, la taille des spécimens pêchés a diminué de plus de 4 mètres en 70 ans. En cause, l’appétence des baleiniers pour les plus grands cétacés qui ont été décimés les premiers. Ne restaient alors plus que les spécimens de petites tailles qui ont accès moins facilement à la reproduction et qui ont de plus faibles chances de survie que les autres. Pour les chercheurs, cette diminution de la taille des baleines traduisait déjà à l’époque une fragilité de la population et donc un « premier signal d’alerte » de son effondrement 40 ans avant que celui-ci ne se produise. Il est donc possible que dans un futur proche, une attention accrue soit portée à la taille des populations animales surexploitées par l’homme afin de fournir des efforts de conservation plus fiables.

Source

Partenaires

  • logo-ammpa
  • logo-imata
  • logo-temana